jeudi 27 juillet 2017

Mercredi 26 juillet 2017 : Mâlain - Baulme-la-Roche - Blaisy-Haut

Distance : 20 km - Dénivelé positif : 530 m


Partir de Mâlain en direction de la Roche Aigüe, ensuite parcourir le Sentier des Roches à Baulme-la-Roche, passer par le château de Blaisy-Haut, revenir par le tunnel ferroviaire de Blaisy, et terminer la randonnée par le château de Mâlain.

L'indice IBP d'effort est de 66, (suivant l'échelle de la FFRP) un score compris entre 51 et 75 correspond au niveau 3 qualifié de "PEU DIFFICILE". La randonnée pédestre nécessite un certain engagement physique qui reste toutefois mesuré. Ce niveau correspond à des randonnées pédestres modérées.



En cliquant sur "Trace et Fichier .gpx" vous accédez à la trace de la rando via le site "Visugpx". Le fichier ".gpx" est téléchargeable depuis ce site. 
Pour avoir le fond de carte IGN au 1/25000 :


Mâlain depuis La Roche Aigüe

Mâlain depuis La Roche Aigüe

Mâlain et son Château depuis La Roche Aigüe

Baulme-la-Roche depuis le Sentier des Roches

Baulme-la-Roche depuis le Sentier des Roches

Chapelle de Charmoy-les-Blaisy
 Date de construction inconnue. Petit édifice de plan rectangulaire à un seul vaisseau couvert d'un plafond lambrissé. Mur-pignon occidental surmonté d'un clocher-mur à une baie, abritant une cloche datée de 16(..). Deux contreforts au Sud. Porte rectangulaire surmontée d'une accolade ornée d'un blason lisse; fenêtres en plein-cintre ébrasées. Murs de moellons équarris.

Chapelle de Charmoy-les-Blaisy
Château de Blaisy-Haut
Les parties les plus anciennes des constructions actuelles datent vraisemblablement de la fin du XVe siècle, comme en témoignent les armes de Claude II de Blaisy (1473 - 1503) retrouvées dans des décombres du château et remployées à la fin du XIXe siècle comme linteau de porte, sur l'enceinte.

Du château primitif subsistent l'enceinte crénelée, la tour-porche, le corps de passage faisant communiquer les deux cours et les vestiges de la tourelle hexagonale. Le bâtiment d'habitation principal et les anciens communs constituent, tant par la structure que par le décor, un ensemble homogène reconstruit vraisemblablement à la fin du XVIIe. Un projet du XVIIIe prévoyant l'adjonction d'une aile reliant la chapelle au corps de logis et faisant pendant à l'aile méridionale n'a, semble-t-il, jamais été réalisé, comme en témoignent les pierres d'attente visibles sur la façade postérieure du logis.
Devenu exploitation agricole, le château a subi de nombreuses transformations; les changements d'affectation des bâtiments ont entraîné de profondes modifications intérieures, le remaniement des façades et des toits et l'adjonction de constructions annexes.

Château de Blaisy-Haut

Lavoir-Abreuvoir de Blaisy-Haut
Il a été construit en 1848 en même temps que le tunnel de Blaisy.
Son emplacement d'origine était près du Puits XV. II a donc été déplacé pour permettre la construction du tunnel.
Cet édifice, proche de la ruine en 1987, a été restauré en 1988 par les bénévoles de l'Association Le Jardin du Cornouiller.
Ce lavoir à compluvium est intéressant par son architecture et son circuit d'écoulement des eaux.

Lavoir de Blaisy-Haut

UN PEU D'HISTOIRE SUR LE VILLAGE ET LE TUNNEL DE BLAISY-BAS

Le nom de Blaisy (du celte " blaïz " qui signifie loup) indique un lieu fréquenté autrefois par les loups.
Ce village apparaît dans l'histoire au IXe siècle. En 1150, alors que la localité ne comportait que 50 habitants, on note déjà la pré- sence d'un Maire et au XVIIe siècle celles d'un chirurgien et d'un recteur d'école.
C'est à Blaisy-Bas que la ligne impériale Paris-Lyon-Marseille escalade le seuil de la Bourgogne et se faufile sous la barrière rocheuse de la ligne de partage des eaux (entre Manche-Océan et Méditerranée) par le tunnel de Blaisy, long de 4110 mètres, dont on doit le projet à un dijonnais célèbre, Henry Darcy (1803-1858), ingénieur du Corps des Ponts et chaussées et hydraulicien de grande renommée.
Le percement nécessitait au départ le creusement de 22 puits de trois mètres de diamètre, sans compter les puits de tête, tous espacés de 200 mètres environ, dont la profondeur variait de 14 à 196,50 mètres.
Dans un premier temps, le creusement des puits fut dirigé par les ingénieurs des Ponts et chaussées. Par suite de la loi sur les chemins de fer de juin 1845, les travaux du tunnel, ainsi que ceux d'un des viaducs, furent concédés le 1er mai 1846 à la Compagnie du Chemin de fer de Paris à Lyon, qui fit diriger tous les travaux par ses propres ingénieurs et entrepreneurs. Une des premières mesures prises par le conseil d'administration de la Compagnie pour ce qui concerne l'exécution des travaux dans la Côte-d'or fut de passer un marché à forfait à l'entreprise Catinal Phorion Debains pour la construction du tunnel dont la réalisation nécessita plus de 5 années d'efforts de 1845 à 1850 et mobilisa près de 2000 travailleurs venus de tous les coins de France ainsi que du Piémont.



Tunnel de Blaisy - Puits d'aération 15

En arrivant vers le Château de Mâlain

Château de Mâlain
Perché sur un rocher détaché de la faille de Mâlain et dominant le village de ses ruines imposantes, le château de Mâlain est le siège d’une seigneurie attestée dès le XI° s. et parmi les plus importantes de la région. (☞suite...)

Château de Mâlain

Vue sur Mâlin depuis le Château

Château de Mâlain

Château de Mâlain





Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire